Andreu Bové Una taxonomía

 

 

Une Taxonomie sur l’EINF

AUTEUR: Andreu Bové. Conseiller fiscal de Bové Montero y Asociados

 

La Commission nationale du marché des valeurs (CNMV) a présenté le rapport de surveillance sur les comptes annuels de 2018. Dans la section consacrée au rapport de l’information non financière (EINF), il est noté que 13 sociétés ont présenté des exceptions dans le rapport de vérification, tandis que trois autres entités ont dû fournir des informations supplémentaires et qu’une série de recommandations a été envoyée à 25 autres pour qu’elles en tiennent compte dans la préparation de l’EINF à partir de l’année prochaine. Il est évident que ces données contreviennent à ce qui est indiqué dans le rapport lui-même – “l’émetteur devrait préparer son EINF conformément aux exigences légales et ainsi empêcher le vérificateur d’inclure des exceptions” – n’est-ce pas ?

Malgré cela – tout n’est pas mauvais – la CNMV reconnaît elle-même qu’une « amélioration de la qualité de cette information a été observée », tout en encourageant les entités à « continuer dans cette direction ».

Quoi qu’il en soit, venons-en au point de départ. L’entrée en vigueur de la loi 11/2018, du 28 décembre, transposant la directive sur la divulgation de l’information non financière et la diversité par certaines grandes sociétés et groupes, oblige les dirigeants de ces entités commerciales à établir un EINF, autrement dit, un document joint aux comptes annuels et soumis à l’obligation de vérification par un tiers indépendant. Pour les exercices commençant à partir du 1er janvier 2018, les entités ou groupes consolidés tenus de préparer un tel EINF sont ceux qui remplissent les deux conditions suivantes :

  • Que le personnel au cours de l’année est de plus de 500 travailleurs.
  • Qu’il s’agisse d’entités d’intérêt public (c’est-à-dire des banques, des compagnies d’assurance, entre autres) ou d’entités qui remplissent deux des trois conditions suivantes au cours de deux exercices consécutifs :
  1. un actif total supérieur à 20 millions d’euros ;
  2. un chiffre d’affaires net supérieur à 40 millions d’euros ; ou
  3. nombre total moyen de travailleurs de plus de 500 personnes.

Il convient de souligner que pour les exercices commençant à partir du 1er janvier 2021 (inclus), le nombre moyen de travailleurs est réduit à 250 personnes.

En termes généraux, l’EINF résume les politiques en matière de responsabilité sociale des entreprises. Le document doit notamment contenir au moins :

  1. Information sur l’environnement,
  2. Information à caractère social et personnel,
  3. Information sur le respect des droits de l’homme et
  4. Information sur la lutte contre la corruption.

Il devra également inclure des informations sur les engagements de l’entreprise en matière de développement durable, de sous-traitance et de fournisseurs, de consommateurs, des informations fiscales et toute autre information significative, tout en fournissant des indicateurs clés pour chacun des sujets.

Groupes consolidés et filiales

Dans les groupes consolidés, les filiales espagnoles ne sont pas tenues d’établir ce document à condition que l’EINF du groupe contienne toutes les informations requises par la directive. Toutefois, la filiale espagnole (ou le sous-groupe espagnol) sera tenue de publier l’EINF conformément à la réglementation espagnole.

Il convient de noter que la législation espagnole prévoit davantage d’obligations d’information que celles prévues par cette directive. Par conséquent, dans le cas de groupes consolidés avec des entités dominantes situées à l’étranger, la filiale espagnole (ou le sous-groupe espagnol) doit préparer :

  1. un EINF complet et individuel conforme à la réglementation espagnole ou
  2. un EINF individuel partiel comprenant les informations supplémentaires requises par la réglementation espagnole par rapport à la directive.

En conclusion, prenons à considération que dans un contexte d’importance croissante de la durabilité et de la responsabilité sociale des entreprises, l’EINF devient un outil optimal pour le développement de ces deux vecteurs dans le contexte commercial est également projeté dans l’ensemble de notre société. Sans oublier que cette information est déjà un critère de décision fondamental dans la stratégie et les décisions des investisseurs et autres groupes d’intérêt en relation avec les entreprises.

 

Cliquez ici pour voir l’article